Date de mise à jour 06-Nov-2013

Compilation des plus grandes photos des albums des stages des années 2005 à 2008 inclus.

Prendre un cours d'équitation ?

c'est ... s'ouvrir au monde et à soi. C'est évoluer et grandir.
L'élève, aidé par le moniteur, s'évertue à comprendre, analyser, agir, encore analyser, ajuster, s'adapter,
changer, se remettre en question tout le temps et décider rapidement et encore analyser, comparer,
n'être jamais sûr de rien, se remettre en question, agir,comparer, s'adapter, ajuster, aller au mieux et
enfin réussir en doutant de soi, échouer sans jamais se décourager, transformer l'échec en expérience,
ne pas répéter ce qui ne marche pas, chercher l'efficacité, ne pas s'épuiser, pratiquer la légèreté,
l'analyse, l'adaptation, la compréhension, la logique, le courage, la souplesse d'esprit, la réussite.

Tout ceci c'est le sujet principal de l'enseignant. C'est ce côté mental que travaille principalement l'élève.
Aussi mon maître dit : "Il ne faut pas désirer la réussite à tout prix et ne pas craindre d'échouer parce que
ce désir et cette crainte ne sont rien d'autre que les mécanismes de l'égo (le moi). C'est souvent l'explication
des égos blessés, frustrés, insatisfaits".

Quelle relation doit-on avoir avec le moniteur?
La confiance parce que le moniteur prend ses responsabilités et qu'il a beaucoup d'expérience.
Mais une confiance qui n'est pas aveugle parce que le moniteur peut aussi se tromper.
L'élève travaille pour lui-même et non pas pour le moniteur. Cette nuance est souvent incomprise par l'élève.
Le moniteur propose ses services à l'élève. C'est pour cela que l'élève doit respecter le travail du moniteur.

Qu'est ce qu'un bon moniteur?
Il y a toutes sortes de bons moniteurs, selon leur personnalité et expérience.
Il y a les bons techniciens et les bons pédagogues. L'idéal c'est celui qui réunit ces deux qualités.
En général un bon moniteur ne crie jamais, explique toujours, n'oblige jamais mais incite.
Il ne projète pas ses ambitions sur ses élèves et il n'est jamais déçu par eux.
Il est très patient et prudent. Il connaît les qualités et les faiblesses de ses élèves et de ses chevaux.
Le bon moniteur est honnête, ne raconte pas "d'histoires", n'est pas hypocrite, ne flatte pas.
Mais il doit en même temps tenir compte des susceptibilités, des fantasmes et incompréhensions
de ses élèves. Il doit encore et toujours expliquer. Il connaît parfaitement le programme des brevets (galops)
(même si ceux-ci sont à peut prés incompréhensibles !!!! mais, c'est un autre vaste sujet).

Les mauvais moniteurs font des ravages et suscitent beaucoup d'incompréhension chez les élèves.
Le plus souvent, ils sont flatteurs et hypocrites et en même temps agressifs sur le terrain.
Ils entretiennent le culte de leur personnalité. Ils ont une connaissance très superficielle de la technique équestre
ayant toujours un truc magique pour régler les problèmes. Si, rarement, ils donnent une explication,
elle est simpliste et semble logique, mais elle est au fond archi-fausse. Ils distribuent (vendent)
des brevets (galops) sans connaître le contenu de ceux ci. C'est comme cela que nous rencontrons
beaucoup de cavaliers galop 4, ...7 avec un niveau réel de galop 2 ou 3.

Frank Durel.